« Mémoires de nos villages meurtris et bouleversés »

Avec la municipalité de Boffres, les associations « G.R.E.G » et « Culture et Patrimoine » et autres associations de Boffres

VENDREDI 4 JUILLET – Salle polyvalente BOFFRES

18 h 30 – CONFERENCE « 14-18 en Ardèche » par l’historien Yves MOREL

19 h 45 – Chant – Réalisation des élèves de l’école publique de BOFFRES

20 h 00 – Buffet – Buvette proposés par l’association « Culture et patrimoine »

21 h 00 – SPECTACLE Musical, Choral, théâtral
« La guerre loin du front » par le théâtre de la TARLATANE –
entrée : 5€

2 Expositions
– « 14/18 en Ardèche » ( ONACVG 07) du 1° au 12 juillet 14h-19h
– Objets et matériel de la guerre 14/18 ( Association Drôme 44)
Jeudi 3 et vendredi 4 juillet ( 9h – 12 h / 14 h – 19 h)

Conférence par Yves Morel
« 14/18 en Ardèche : Ardéchois dans la Guerre ».
A partir de ses recherches, l’historien Yves Morel nous offre une large connaissance de la situation en Ardèche dès le début de la guerre. Comment allait-on supporter, dès aout 1914, le départ de 40000 hommes, soit plus de 10% de la population ardéchoise? Puis, plus de 3000 hommes chaque année pendant 4 ans, laissant l’économie, l’agriculture surtout, amputée de sa main-d’oeuvre et voyant les productions s’effondrer. Mais le bilan monstrueux : 12448 soldats tués devaient affecter principalement les zones rurales ardéchoises et compromettre définitivement la stabilité et la vie de nos campagnes.
Possibilité de rester sur place après la conférence et prendre le repas en commun pour assister, à 20h30, au récital « La guerre loin du front »
Possibilité de repas pris en commun sur place

Spectacle de et avec Gisèle Bianchi & Valérie Gonzalez,
présenté par le Théâtre de la Tarlatane.
Des textes, de l’accordéon, des poèmes, des chansons et quelques strophes de refrain qui en disent long et nous rappellent que la vie continuait loin du front.: la vie de ceux et celles qui ne sont pas allés au combat, et qui ont cependant vécu la guerre ; l’attente, l’adaptation plus ou moins compliquée, parfois cocasse, de la vie quotidienne ; ceux qui ont œuvré à la guerre, manipulant depuis quelque bureau confortable des bataillons de jeunes hommes en sursis ; la guerre productrice de nouvelles formes de commerce et de consommation s’insinuant à tous les échelons de la société…

A bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.