Production autour d’Edouard Achard de Bourdeaux

Après la correspondance de César Vincent pendant la Grande Guerre, que l’on trouvera sur ce site, Mme Mies HAAGE a entrepris de nous proposer celle d’Edouard Achard, né le 7 février 1876 au quartier Siraillot, à Bourdeaux, et mobilisé en 1914 au 111e régiment territorial. On trouvera quelques éléments de sa biographie dans « Vivement que l’on se rattrape sur le bords du Roubion » (M. Haage 2014).

Cette correspondance, très fournie, pose de grosses difficultés de lecture :

  • les lettres, en particulier celles écrites au crayon, sont dans un état de conservation variable et sont parfois difficilement lisibles ;
  • l’orthographe et la syntaxe d’Edouard Achard sont quelque peu aléatoires et il est parfois difficile d’identifier un mot ou membre de phrase. On s’en rendra aisément compte dans la lettre du 3 septembre 1914, donnée ci-dessous, à titre d’exemple.

Ainsi, dans le texte ici proposé, l’orthographe originale a été largement améliorée, tout comme la ponctuation. Quelques mots n’ont cependant pas pu être lus. Ces lacunes figurent ici par des points de suspension, entre deux parenthèses.

Le corpus présenté ici concerne l’année 1914. Les années suivantes seront progressivement mises en ligne.

Pour exemple : 3-9-1914 Edouard à Louise

Lettre  + enveloppe

==============================================================================

Gleyzole 3 Sbre 14

Bien  chére Famille

Chère femme je repont aujourduie a ta bien fortifiante lettre que jaie recue le pr S est a leure q’il est tu dois avoir recue ma carte expédiée Dimanche. Je suie trée heureux de votre bonne santé pour moie je me portte bien Je n,est plue resantit sée douleurs d,éstomac, mée mae petite pharmacie sepuize, nous crayont partir dicie vér le pr septambre pour redessandre probablement a Barcelonette[1] ou au alantour sequil me permetra de trouvaie donc jaurei bezoin. notre Capitaine nous a die que nous resteront ici probablement susquau 15 Sbre  dela nous partiront remplacé dès regiments de reserve queus partiront pour l,ést est que en se moment surveille dest prisonier Alement dans naux parage Jie aie rencontré un jours parazar étant an marche le marie de Célina Cordéil qu,il a jauliment peur d,allé dans l,Est. Je ten diraie que mintenant on noux degurdie  tout le jour marche ou manœuvre exercice tir on noux lésse pae grouillé dans naux cantonement. maie on ne sent plain pae car sela distré est faie oublyese un peu comme il nous dize not clochér d.ailleur nous somme tous lée mème guradé comme soldae nous avont tous lessé femme est enfant et il y an  parmie noux qui ont eu dès maleur ces jour sans pouvoir allé dans leur famille pour décè dée leur allors dans cée moment térible on se portte tous comme dés fréres a conssollée le blécér. cest incie que dimenche un de remuza[2] a recue le décée de sont enfants un autre de tulette[3] la mor de sae femme. est je tassure que dée moment comme sela sont dée moment de larme pour tous. cest pour sela que je vient voux repetét de vous [4] soignée tant que voux pourée ne travailier pae plus quil le faut il vaux mieu que le travaille restte, moie je me soigne tant [5] que je peu, il née pas toujour bien facile quar on ne trouve rien dan se tristte pays ou trop chér il y a un vieu bonn homme quie vien d,Italie tous lée troie jours il noux vant une poire comme une brette bonne un sous piéce est on est bien heureu d ans trouvaie on trouve defoie quelque litttres de vin pae bon que lon peyen de 15. a 20 sous maie d un litre sant et pour 8 jours Je men ser que pour coupée l.eau, lès fres que je faie consistte a me tenir du chokola comme lon faie que deux repae cest lont alors [***]  celque peu selae me mintien et me charge pae léstomac. Je né[6] pae recue lée chossettes ancore, la mor de la pauvre Majotre doie bien voux jéné pour guardee le troupeau, aucie teau que voux aurée de nouvele de suly, fette moie parvenir, recoie de tont marie lée plus tandre carese est pour naux enfant et tous lés parent que tu voie, bonjour au amie et voisins

E. Achard

on die con rapelle lés homme jusquau 48. tent sur la nouvelle dirae tout se qui se passe au peys seus quie sont [….] ou partit pour moie au qu un espoir jusquée aprée la guere  mée il faut sinqieté que de conservée notre santé pour se retrouvée est vivre heureux bien de caresse

E. A.

[1] Barcelonette (Alpes-de-Haute-Provence)
[2] Rémuzat (Drôme)
[3] Tulette (Drôme)
[4] lettres soy rayées
[5] lettres te rayées
[6] lettre t rayée